mercredi 1 février 2006

L'art divinatoire


"Qu'un jeu soit utilisé pour la divination est presque contradictoire. En effet, tout jeu, et singulièrement un jeu de cartes, se présente nécessairement comme une totalité : une série d'éléments constants auxquels il n'est possible de rien soustraire ni ajouter et qu'on ne saurait modifier. Un jeu, c'est à dire, la somme des données à manipuler, doit être fixe et complet, sinon le jeu, c'est à dire la suite des opérations qui brassent ces données, est faussé au départ. A l'inverse, toute divination porte sur un domaine illimité, puisqu'elle comprend les évènements possibles, qui sont en nombre infini et bifurquent à tout instant de manière imprévisible (ou d'ailleurs prévisible, ce qui revient pratiquement au même, si la certitude demeure exclue).

A cet infini doit normalement correspondre un autre infini qui est celui où le devin puise son oracle...Ici et là, rien n'est répété, tout à fait identique à soi-même, justement comme dans la vie, où les mêmes péripéties surviennent, les mêmes malheurs, les mêmes chances, mais jamais complètement superposables.
L'originalité, l'avantage et en même temps le paradoxe d'appliquer un jeu de cartes à la divination, consistent dans le fait que l'illimité, les accidents possibles, se trouvent alors dépendants de la présence visible et des combinaisons épuisables d'un petit nombre de symboles traditionnels, dont les significations sont en outre consignées dans des sortes de lexiques fort répandus...
Toute science divinatoire, est contrainte de passer par cette porte étroite : ramener d'innombrables données à la douzaine de hasards que l'homme croise presque obligatoirement au cours de sa courte vie.
Il n'est donc pas absolument malencontreux que le répertoire des signes soit pauvre, mais il est important qu'ils puissent se combiner entre eux de nombreuses manières...
Seules des totalités sont aptes à contenir l'infini des situations humaines...
L'hypothèse est extravagante et, comme telle, inattaquable. Acte de foi dans l'improbable par excellence, elle défie tout argument. Elle revient à affirmer que chaque aspect d'une totalité donnée correspond à un état précis qui existe dans le passé, le présent ou l'avenir d'un autre ensemble mystérieusement relié au premier. Pour glisser d'un système à l'autre, il n'est alors que de connaître, je veux dire d'inventer les corrélations nécessaires...j'en viens aux jeux de cartes. Le jeu est un microcosme, un alphabet d'emblêmes, qui couvre l'univers...
Les cartes, et en particulier les tarots, se présentent comme une langue mystérieuse, mais au vocabulaire strict et à l'exigeante syntaxe.
Oswald Wirth conclut son "Introduction à l'Etude du tarot" de la façon suivante : "Les jeux exercent. Ceux de l'esprit développent de précieuses facultés. Usez des 22 arcanes du Tarot pour jouer à la divination". Ainsi recommande-t-il ce jeu comme un excellent entrainement à imaginer juste. Je me suis souvent demandé, et bien avant de connaître ce conseil, ce que pouvait être l'imagination juste : c'est réunir, autant que faire se peut, les conditions de la conjecture heureuse."


Roger Caillois

Aucun commentaire: